Et si la gauche de gouvernement réduisait effectivement les déficits…

Selon Marisol Touraine, la ministre de la santé, « pour l’année 2017, le régime général de la Sécurité sociale sera quasiment à l’équilibre pour la première fois depuis 2001 » et Christian Eckert, le secrétaire d’Etat au budget, de renchérir, « on peut considérer que le ‘trou de la Sécu’ sera derrière nous ».

Du coup, l’ultime projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) du quinquennat de François Hollande est censé ramener le régime général à un quasi équilibre en 2017. Il prévoit ainsi, ouvrez bien les yeux, un peu plus de quatre milliards d’euros d’économies pour ramener le déficit de ce régime général à 400 millions d’euros, après 3,4 milliards d’euros prévus en 2016.

Reste que selon la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS), le déficit du Fonds de solidarité vieillesse (FSV), qui finance notamment le minimum vieillesse sera en déficit de près de 3,8 milliards d’euros en 2016 et de 3,95 milliards en 2017, le gouvernement estimant qu’il se stabilisera à 3,8 milliards.

4,05 milliards d’euros d’économies. Pour atteindre son objectif, le gouvernement économise pour l’essentiel sur les dépenses d’assurance maladie. Baisse du prix des médicaments, développement des génériques, baisse des tarifs des professionnels de santé libéraux, contribution du Fonds de financement de l’innovation pharmaceutique, réforme des cotisations des professionnels de santé, optimisation des dépenses hospitalières, développement de la chirurgie ambulatoire… Mais aussi, hausse des taxes sur le tabac à rouler, instauration d’une taxe sur le chiffre d’affaires des distributeurs de tabac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.