L’arlésienne du déficit public… et des niches fiscales !

Mauvaise nouvelle pour le pouvoir en place. En juillet, le déficit budgétaire de l’Etat a légèrement augmenté par rapport à l’an dernier. Il atteint aujourd’hui 80,8 milliards d’euros contre 79,8 milliards fin juillet 2015, vient d’annoncer le ministère de l’économie.

Et pourtant, arrivée au pouvoir en 2012, la majorité socialiste avait mis le paquet en décidant des hausses d’impôts massives pour réduire un déficit public supérieur à 5% au motif qu’il fragilisait la position financière et diplomatique de la France.

Election présidentielle à l’approche, le gouvernement a eu une révélation et a annoncé une baisse de l’impôt sur le revenu d’un milliard d’euros pour 2017, un geste en direction des contribuables les moins riches qui clôt un quinquennat bien lourd sur le terrain fiscal.

Et les niches fiscales ? 180 milliards d’euros… auquel il ne faut pas toucher. Un jeu de compensation dangereux qui vise à ne surtout pas augmenter les salaires. Le pire des systèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.