Le Conseil d’Etat a statué sur une délibération relative à la sous-évaluation du patrimoine de Marine Le Pen

Pour le juge administratif suprême, l’avis donné par une autorité administrative au procureur de la République sur le fondement des dispositions de l’article 40 du code de procédure pénale et la décision de transmettre les éléments s’y rapportant « ne sont pas dissociables de l’appréciation que peut porter l’autorité judiciaire sur l’acte de poursuite ultérieur ».

La lecture des articles de Comptes-publics.fr est réservée aux abonné(e)s.

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous
Pour choisir votre formule d'abonnement,
suivez ce lien.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.