Le Conseil d’Etat se penche sur la révocation à vie de l’ex-président de l’Université de Toulon

La haute juridiction examine ce jour le recours de Laroussi Oueslati auquel il est reproché d’avoir personnellement mis en place un système de recrutement d’étudiants chinois parlant à peine le français pour leur permettre d’obtenir des visas tout en couvrant un trafic de diplômes. Il a écopé d’une sanction exceptionnelle, la révocation à vie.

La lecture des articles de Comptes-publics.fr est réservée aux abonné(e)s.

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous
Pour choisir votre formule d'abonnement,
suivez ce lien.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.