Tignes : l’extension du complexe du Club Méditerranée remise en cause par le Conseil d’Etat

Pour la haute juridiction, la cour administrative d’appel de Lyon n’a pas commis d’erreur de droit en jugeant notamment que l’interdiction des redans sur les constructions neuves dans le secteur concerné présentait le caractère d’une prescription impérative.

La lecture des articles de Comptes-publics.fr est réservée aux abonné(e)s.

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous
Pour choisir votre formule d'abonnement,
suivez ce lien.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.