Et les lauréats sont… 

Ce vendredi, Ségolène Royal, la ministre de l’environnement, a annoncé les deux premiers lauréats de l’appel d’offres pilote pour l’éolien flottant en Méditerranée et en Bretagne. Une bonne nouvelle ?

Oui. Selon le ministère, « le développement des énergies renouvelables en mer est un levier majeur de la transition énergétique et de la croissance verte et bleue ». Et puis ces projets vont contribuer au développement du tissu industriel des territoires d’implantation.

Mais derrière cette bonne nouvelle se cache une autre réalité. Ne soyons pas dupes. D’une part, les énergies renouvelables, quelles qu’elles soient, n’ont pas assez de puissance pour compenser le déclin des énergies fossiles et des minerais (utilisés dans les moteurs, les batteries…).

D’autre part, il n’y a pas assez d’énergies fossiles et de minerais pour développer massivement les énergies renouvelables de sorte de pouvoir compenser ce déclin. Pour autant, faut-il ne rien faire ? Non. Car l’expérimentation et la recherche pourraient nous sortir de cette impasse.

Mots clés : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.