Etat d’urgence et déchéance de nationalité : la peur de l’opinion publique comme arme de dissuasion massive

Mercredi 10 février 2016, les députés ont adopté, par 317 voix contre 199, le projet de loi constitutionnelle dit de protection de la Nation qui institutionnalise l’état d’urgence et inscrit dans la loi fondamentale de la République la déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour terrorisme. Pas sûr que l’exécutif remporte la bataille au Sénat…

La lecture des articles de Comptes-publics.fr est réservée aux abonné(e)s.

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous
Pour choisir votre formule d'abonnement,
suivez ce lien.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *