L’hospitalisation à domicile reste « très secondaire » regrette la Cour des comptes

Malgré la mise en œuvre d’une stratégie de développement par les pouvoirs publics, les magistrats de la rue Cambon constatent que « l’hospitalisation à domicile progresse peu et demeure très secondaire dans les parcours de soins ». Nécessité de démontrer l’efficience de cette prise en charge.

La lecture des articles de Comptes-publics.fr est réservée aux abonné(e)s.

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous
Pour choisir votre formule d'abonnement,
suivez ce lien.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *